Cet article est un appendice de l’article :

Calculateur d’incidence de pathologie au sein de votre cabinet

Cet article vous permettra de trouver les différentes références qui ont aidé à établir le calculateur et différents liens pour se rafraîchir la mémoire sur telle ou telle pathologie.

Cette page est en cours d’élaboration

Les Cancers

Nous n’allons pas revenir sur les différents signes et symptômes spécifiques des cancers. Rappelons seulement que les antécédents familiaux, le tabac, l’alcool, et l’âge vieillissant sont des facteurs fortement prédisposants. Et que douleur nocturne, site de douleur incongru, persistance des symptômes malgré le traitement, lymphadénopathie, petite fièvre, fatigue, perte d’appétit, perte de poids doivent secouer la cloche !

Il faut rappeler que des patients peuvent venir consulter leur ostéopathe pour une douleur musculo-squelettique qui est en fait une douleur référée par un cancer.

Le tableau suivant est tiré d’une moyenne faite entre 1980 et 2005 (source wikipedia et institut de veille sanitaire) . Certains cancers sont en augmentation et donc au-dessus de cette moyenne. Ainsi l’incidence du cancer de la prostate avoisinerait aujourd’hui 121/100 000 et le cancer du sein 102/100 000, ce qui est supérieur à ce qui est annoncé dans le tableaux. Ceci est vrai aussi pour l’incidence totale qui en 2012 est passée à 355 000 nouveaux cas par an.

Les 3 types de cancers les plus communs chez l’homme sont ceux de la prostate, poumon, et colon/rectum.
Chez la femme ce sont le cancer du sein, du colon/rectum et des poumons.

à lire:  Incidence (1980-2005) et mortalité (2005) par cancer en France tiré de l’Institut de Veille Sanitaire

 

CancerIncidenceMortalitéincidence pour 100000Incidence pour 500 patients/anIncidence pour 1000 patients/anIncidence pour 1500 patients/anIncidence pour 2000 patients/an
Tous les cancers319 380145 762483,912,424,847,269,68
Prostate62 2459 20294,310,470,941,411,89
Sein49 81411 20175,480,380,751,131,51
Côlon-rectum37 41316 86556,690,280,570,851,13
Poumons30 65126 62446,440,230,460,700,93
Cavité buccale et pharynx12 2704 00018,590,090,190,280,37
Lymphome Malin Non Hodgkinien10 2244 20315,490,080,150,230,31
Vessie9 6794 48214,670,070,150,220,29
Rein7 9493 68412,040,060,120,180,24
Mélanome (peau)7 4011 44011,210,060,110,170,22
Pancréas7 2187 78710,940,050,110,160,22
Estomac6 7944 75610,290,050,100,150,21
Thyroïde6 67240310,110,050,100,150,20
Foie6 4337 3909,750,050,100,150,19
Utérus (corps)5 7741 8008,750,040,090,130,17
Œsophage4 7213 8507,150,040,070,110,14
Myélome4 5162 7896,840,030,070,100,14
Ovaire4 3753 1806,630,030,070,100,13
Système nerveux4 1203 0196,240,030,060,090,12
Larynx3 7351 4065,660,030,060,080,11
Leucémie lymphoïde chronique3 2241 0594,880,020,050,070,10
Leucémies aiguës3 0822 7334,670,020,050,070,09
Col de l’utérus3 0681 0674,650,020,050,070,09
Testicule2 002823,030,020,030,050,06
Maladie de Hodgkin1 5442182,340,010,020,040,05
Plèvre9061 0901,370,010,010,020,03

Un petit problème cardiaque ?

L’hypertension artérielle

L’hypertension artérielle est définie par une TA supérieure à 140/90 mmHg. 13 000 000 de Français en souffriraient et chaque année il y aurait une incidence de +/- 1,7 Million nouveaux cas. voir rapport de HAS

Ainsi l’incidence annuelle pour 100 000 personnes est de 2576.

Quelle est l’incidence dans votre cabinet ?

Vous le sortez souvent ce tensiomètre ? Combien de patients par an renvoyez-vous chez leur médecin pour réévaluer leur tension car elle était trop élevée en cabinet ?

L’infarctus du myocarde

Douleur thoracique, sensation d’étau, douleur au niveau de l’épaule ou du bras (G+++), au niveau de la mâchoire … et si c’était un IM sur le point de se déclarer ?

Avec une incidence annuelle de 120 000 nouveaux cas en France voir ici, soit 181 nx cas/100 000, c’est moins impressionnant au niveau de l’incidence que l’HTA mais c’est probablement plus urgent !

La Spondylarthrite ankylosante, Polyarthrite rhumatoïde, et Pseudo-Polyarhtrite Rhizomélique

Pour ces pathologies rhumatismales il est fort possible que l’on puisse sous-estimer leur incidence/prévalence en tant qu’ostéopathe car à juste titre nous allons trouver des “findings” ostéopathiques qui vont valider la raison de douleurs à ces patients. De plus ces patients trouvent normal de plutôt consulter leur ostéopathe que leur médecin à cause de la nature de leur douleur, alors qu’en fait derrière ces problèmes musculo-squelettiques chroniques se cachent peut-être une pathologie rhumatismale.

À noter que nous parlons ici de prévalence et non pas d’incidence.
Cela veut dire que pour le calcul automatique ce n’est pas le nombre de cas à diagnostiquer chaque année, mais cela suggère le nombre de vos patients qui devraient être diagnostiqués avec une SA, une PR ou une PPR.  Si ce n’est pas le cas et que le nombre au sein de votre cabinet est largement inférieur alors  il y a risque de sous-diagnostique au sein de votre patientèle. À noter qu’à titre de simplification nous avons additionner leur prévalence, bien que cela soit rare on peut avoir un oeil de verre et une jambe de bois. Autrement dit on ne peut pas exclure que certains patients puissent avoir 2 ou 3 de ces pathologies en même temps.

La Spondylarthrite Ankylosante

D’après ce PDF la prévalence de la SA serait entre 0,1 et 1,4% en Europe. Pour les calculs nous avons utilisés 0,5%.

Cette pathologie aussi plus connue sous son image de “colonne de bambou” peut être particulièrement insidieuse aussi de nombreux médecins et ostéopathes sont susceptibles de passer à côté, aussi il serait même possible que sa prévalence soit plus élevée. Rappelons le lien étroit entre HLA B27 et cette pathologie, ce marqueur étant présent dans 6% de la population mais plus de 90% des patients atteints de SA en seraient porteurs !

Dans le tableau ci-contre un petit rappel des principaux d’un modèle de critères pour le diagnostic de la SA.

D’après le calcul de prévalence, quel est-il dans votre cabinet ? Combien de patients avez-vous renvoyés vers leur médecin dans l’idée  d’un diagnostic de SA, et quand est-ce que c’était ?

Pour en savoir plus sur la spondylarthrite ankylosante

La Polyarthrite Rhumatoïde

Bien que les signes de la polyarthrite rhumatoïde soient évident lorsque la pathologie est bien installée, au début de la pathologie les symptômes sont plus insidieux en commençant par une inflammation des petites articulations (cheville/poignet) et articulations interphalangiennes.

La prévalence en France est estimée à 0,4%avec un ration homme/femme de 1:3.

Pour en savoir plus sur la Polyarthrite rhumatoïde

La Pseudo-Polyarthrite Rhizomélique

Plus de 60 ans ? douleur bilatérale au niveau des épaules et des S/I et hanches. Les poignets, coudes, genoux, sont aussi éventuellement touchés. Fatigue, perte d’appétit, morale dans les chaussettes…

Cette pathologie est souvent associée avec celle de Horton, qui requiert une urgence thérapeutique. L’inflammation de l’artère temporal peut causer des céphalées avec hypersensibilité au niveau de la tempe/cuir chevelu, claudication de la mâchoire et surtout une cécité  !

La prévalence tourne aussi autour de 0,5%.

Pour en savoir plus sur la pseudo-polyarthrite Rhizomélique

La colique néphrétique

Douleur au niveau du carré des lombes, en regard des côtes flottantes ? irradiation vers le pli inguinal, haut de la cuisse et organes génitaux externe ? Histoire récente de voyage, pauvre hydratation, douleur au petit matin…

D’après ce document l’incidence en Europe serait d’environ 400 nouveaux cas pour 100 000 habitants.

pour en savoir plus sur la colique néphrétique ou encore ici

 Les Ulcères et gastrites gastro-duodénaux

L’incidence serait de 90 000 nouveaux cas d’ulcères par an diagnostiqués par endoscopie. Même si par le passé les ulcères se trouvaient plus fréquemment au niveau du duodénum, à présent ils semblent aussi fréquents au niveau de l’estomac. Comme nos politiques, cette pathologie tend vers la parité avec très certainement toujours une préférence pour les hommes.

L’Helico-bacter pylori (une bactérie) est très souvent incriminée (+80% des cas ici), et un traitement antibiotique visant à l’éradiquer améliore sensiblement les risques de récidives d’ulcères.

Près d’un tiers des complications graves (+/- 7000) seraient dû à un traitement médicamenteux (AINS et Aspirine).

Outre les différentes symptomatologie liées à l’ulcération digestive et aux gastrites, l’examen ostéopathique peut révéler une palpation douloureuse sous costale (G+++), palpation douloureuse au niveau stomacal et duodénal, fixation au niveau thoracique de T5=>T11, côtes à gauche en expiration/respi thoracique. La position antalgique peut compromettre la mécanique de l’épaule gauche et maintenir une tendinite à l’épaule ou une cervicalgie.

Il est à rappeler que la suspicion d’un ulcère gastro-duodénal est une urgence à diagnostiquer et que l’emploi de techniques directes pourrait favoriser les risques hémorragiques et être fatal au patient.

Vu que l’incidence n’est calculée que par la mise en évidence par un bilan endoscopique on peut penser qu’elle serait largement sous-estimée.

Quant aux gastrites on parle d’une prévalence de 35% de la population touchée. Il faut rappeler que le patient peut-être asymptomatique, on retiendra 30% avec précaution pour notre calculateur.

Les aliments qui peuvent maintenir une telle irritation doivent être fortement réduits ou prohibés pour pouvoir avoir une amélioration :

café, alcool, lait, chocolat, chocolat au lait, pâtisserie (croissant…), ail, oignons, tomates, AINS, cigarettes, boissons trop chaudes, trop froides, piments…

Pour en savoir plus : voir ici, ici , ici ou encore ici

 Anévrisme Aortique Abdominal (AAA)

Entre 6000 et 7000 anévrismes aortiques abdominaux diagnostiqués et opérés chaque années en France. On parle d’une prévalence de 4-8% pour les plus de 65 ans avec une préférence pour les hommes fumeurs.

Souvent ces anévrismes sont diagnostiqués lors d’un examen non-spécifiques. Tous ne sont pas à opérer bien sûr mais ils devraient au moins être surveillés.

L’ostéopathe est enclin à rencontrer ce type de pathologie de par la nature des symptômes musculo-squelettiques d’un AAA (mal de de dos) et par l’approche viscérale.

En considérant que près de 14% de la population d’un cabinet a plus de 65 ans (statistiques personnelles sur près de 2000 patients) et que l’on a une prévalence moyenne de 6% pour les plus de 65 ans alors la prévalence tourne aux alentours de 8/1000 patients.

L’incidence de diagnostic et d’opération est de 1/10 000 soit un patient tous les 10 ans chez un ostéopathes qui voit 1000 patients différents par an ou une fois par an un des patients de 10 ostéopathes.

Pour en savoir plus sur les AAA ici, ici, ici

Petits problèmes de thyroïde

L’hypothyroïdie

L’incidence de l’hypothyroidie est de 0,3% chez la femme avec une prévalence totale de 3% de la population. L’hypothyroïdie étant largement plus prédominent chez les femmes qui représentent généralement 55% de la patientèle en ostéopathie. Sur tout une patientèle on tourne alors à une incidence de 0,17% +/-.

Les symptômes de l’hypothyroïdie découlent d’un ralentissement métabolique général.

Pour en savoir plus (wikipédia) :

 L’hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie est nettement moins fréquente que l’hypothyroïdie avec une incidence de 0,6/1000 et une prévalence autour de 1,3%.

Au total on a donc une incidence de hypo ou hyper thyroïdie de 0,23% de la patientèle.

Pour en savoir plus sur l’hyperthyroïdie

 Thrombose Veineuse Profonde et Embolie Pulmonaire (EP)

80 à 90% des cas les EP proviennent d’un thrombose des membres inférieurs.

L’incidence des EP seraient de 1,5 à 2/1000 par an avec un risque plus important pour les hommes, sujets âgés, les femmes sous pilule +cigarettes, antécédent récent d’hospitalisation, de voyage, ou de trauma localisé au niveau du mollet par ex.

En France on parle de 40 000 EP par an, nombre qui semblerait largement sous-estimé. D’après Wikipedia 60 à 80 des thrombus passeraient inaperçus car trop petits pour avoir une manifestation clinique.

Pour notre calculateur la valeur de 1,7/1000 sera retenue : ainsi tous les 5 ans un praticien qui voit 1000 patients différents par an devrait être à l’origine de la découverte de 1 à 2 thromboses ou embolies.

Pour en savoir plus sur l’embolie pulmonaire ici, ou wiki, wiki 2, ici, ou encore ici

Les intolérances alimentaires

Le gluten

Difficulté de digestion, ballonnements, fatigue, douleur articulaires, musculaires, déficit en fer, folate et vitamine B12 (…) et si c’était une intolérance au gluten  ?

On commencerait à établir des liens entre fibromyalgie et intolérance au gluten ici, ou encore ici.

La prévalence de la maladie cœliaque serait de l’ordre de 1% avec une préférence pour les femmes, mais il semblerait qu’un plus grand nombre de personnes 5 à 10%, soient “hypersensibles” au gluten développant des symptômes plus légers que la vrai maladie. Ces symptômes étant légers (dermatites, eczéma, inconforts digestifs, légère fatigue…) on ne ferait alors pas le lien avec le gluten. Dans nos calculs nous retiendront 1% de patients atteints de maladie caeliaque et 5% d’hypersensibles au gluten.

Pour en savoir plus sur la maladie caeliaque ici, wiki, ici

Les sulfites

Rhinite, crise d’asthme, urticaire, douleurs abdominales, éternuement quelques minutes après boire du vin, des cornichons, merguez, ou des fruits secs… Et si c’était une intolérance aux  sulfites ?

4% des asthmatiques y seraient intolérants, et près de 1% de la population (peut-être plus).

Les sulfites portent les noms de E220 à E228.

Pour en savoir plus sur les sulfites sur wiki, ici , ici

Intolérance au Lactose

Problèmes de digestions ? Problèmes ORL à répétition ? Eczéma ? et si c’était le lait  ?

Bien que près de 70% de la population mondiale serait intolérante au lactose, en France et en Europe du Nord, 5 à 15% de la population serait intolérante voir ce site . Certains auteurs parlent de 50% de la population française ici. Pour notre calculateur nous retiendrons la fourchette basse : 5%.

Intolérance au lactose à lire ici,

 Autres pathologies à venir

Diabete ici péricardite, worms,AS, poly, lyme, médicaments, artéro-sclérose,  MS SLA guillain barré insuffisance rénale  poly hépatite lithiase ici HIV goutte ici, acromégalie/ehlers/marfan