Les sciatalgies (sciatiques) et les cruralgies sont des atteintes des nerfs périphériques. Ces atteintes peuvent soit provenir d’une irritation au niveau de la racine soit sur le trajet du nerf..

La cruralgie est une irritation du nerf fémoral (ou crural same same) dont les racines nerveuses sont L2L3L4. C’est un nerf moteur et sensitif

  • moteur: iliacus, psoas, pectineus, adductor longus, sartorius, quadriceps
  • sensitif: face antérieure de la cuisse, côté mediale arrête tibiale, dos et bord médial du pied ainsi que l’articulation du genou et hanche

La sciatalgie est une irritation du nerf sciatique dont les racines nerveuses sont L4L5S1S2. C’est aussi un nerf moteur et sensitif.

    • moteur: on va faire simple… tous les muscles postérieurs à la jambe
    • sensitif: on va faire simple encore une fois tout l’arrière de la jambe, la plante du pied et son côté latéral

Vue postérieur de la jambe, nerf sciatique

Vue postérieur de la jambe, nerf sciatique

Vue antérieure de la jambe, nerf fémoral

Vue antérieure de la jambe, nerf fémoral

(source bartleby.com)

Les irritations nerveuses peuvent se produire soit avant que le nerf (sciatique ou femoral) ne se forme, soit une fois que le nerf s’est formé. Dans le premier cas nous parlons de l’irritation d’une racine nerveuse (radiculalgie) et dans le second nous parlons d’irritation d’un nerf périphérique. Les radiculalgies sont généralement plus sérieuses, plus douloureuses et plus handicapante.


La radiculalgie ou radiculopathie:

dermatome

Les dermatomes

Une radiculalgie c’est une irritation d’une racine nerveuse, comme par exemple L3 ou/et L4 à droite. Les causes les plus communes sont dues à des problèmes de hernies discales ou à de l’arthrose avancée. D’autres causes plus rares peuvent aussi être responsable de radiculopathies, une fracture vertébrale ou la présence d’une masse  anormale (tumeur,oedème).

Suivant le degré de compression de la racine nerveuse le patient peut ressentir des picotements ou une perte de sensation sur le dermatome concerné par cette racine. Le dermatome c’est la partie de la peau qui est innervé par une racine nerveuse.

Si la compression de cette racine est plus importante alors le patient peut ressentir des douleurs de type décharge électrique dans la jambe. En fonction des racines atteintes la douleur suivra le nerf sciatique ou le nerf fémoral. Tout étirement ou compression supplémentaire du nerf recréera cette douleur fulgurante.

Une diminution ou pertes des réflexes ostéo-tendineux peut être mis en évidence et dans les cas les plus sévères on aura une diminution de la force musculaire des muscles innervés par cette racine nerveuse.

Par exemple: si un disque compresse la racine gauche de la racine nerveuse L4 alors le sujet ressentira des troubles de sensation sur le dermatome de L4 à gauche, une douleur fulgurante dans le devant de la cuisse, une baisse de réflexe ostéotendineux du quadriceps gauche (réflexe rotulien) et éventuellement une perte de force musculaire du quadriceps gauche: on parlera alors de cruralgie.

Petite note intéressante: Les racines nerveuses sont appelées par le nom des vertèbres qui sont au-dessus sauf au niveau cervical où elles sont dénomées par le nom de la vertèbre du dessus +1. Série d’exemples : Entre C4 et C5 on trouve la racine C5. Entre C7 et T1 on trouve C8 !!! pour les thoraciques et les lombaires c’est plus simple: entre T4 et T5 on a la racine T4 et entre L5 et le Sacrum on trouve la racine L5.

Donc si on a de l’arthrose facettaire entre L4 et L5 c’est la racine L4 qui va subir cette irritation. Mais à cause de l’anatomie des racines si c’est une hernie discale entre L4 et L5 (disque L4) c’est alors la racine nerveuse L5 qui est irritée (plate 161  du Netter).

L’irritation “périphérique” d’un nerf périphérique:

Territoire sensitif des nerfs périphériques cutanés

Territoire sensitif des nerfs périphériques cutanés

Dans un contexte hors pathologique, le nerf périphérique peut se trouver coincer et perdre de sa mobilité lors d’un passage au travers d’un fascia ou d’un muscle. Ce nerf va ainsi être plus sensible et peut exacerber ou perturber les sensations ressenties.

Exemples d’irritation d’un nerf périphérique: lorsque vous vous tapez l’intérieur du coude (le “p’tit juif”) vous ressentez alors un engourdissement locale mais aussi sur tout le tranchant de la main et des 2 derniers doigts vous venez d’irriter le nerf ulnaire.

Une respiration thoracique peut entrainé un syndrome du défilé des scalènes qui est une irritation périphérique du plexus brachial et s’accompagner du syndrome de la souris et du fameux canal carpien.

Rappelons que ces nerfs périphériques proviennent des racines nerveuses et qu’un nerf peut être formé par plusieurs racines ou par une seule.

Du coup une irritation d’un nerf périphérique donne un tableau similaire mais différent d’une atteinte radiculaire.

les différences entre une atteinte radiculaire et périphérique:

-Le territoire sensitif cutané d’un nerf est différent de celui d’un dermatome

-2 muscles peuvent être innervé par la même racine mais 2 nerfs périphériques différents et inversement

-les réflexes ostéotendineux et les tonus musculaires sont plus difficilement diminués par des atteintes périphériques.

Quelques causes mécaniques possibles d’irritations périphériques du nerf fémoral (crural):

-hypertonicité du psoas

-une ptose rénale

-fixation tissulaire au niveau du pli inguinal

-fixation dues à des adhésions cicatricielles (appendicectomies)

Quelques causes mécaniques possibles d’irritations périphériques du sciatique:

Syndrome du piriformis (contracture du piriformis qui compresse le sciatique)

-irritation du nerf fibulaire commun (croisement prolongé des jambes en position assise)

-Hypertonicité de la loge antérieure de la jambe compressant le nerf fibulaire commun

-fixation au niveau de l’arche tendineuse du soleus

Pour ajouter un peu de confusion parfois nous pouvons être en présence de fausse sciatalgie. Car le patient peut avoir tendance à assimiler douleur dans la jambe avec sciatalgie, ce qui n’est pas forcément le cas.

Les fausses “sciatiques”:

-Les sacro-iliaques aigües peuvent par exemple donner des douleurs qui descendent le long de la fesses jusqu’au creux poplité

-des points gâchettes actifs au niveau des petits et moyens fessiers peuvent eux aussi référer des douleurs sur le côté latérale de la cuisse et dans le mollet ou au niveau de la loge antérieure de la jambe.

Conclusion:

Au final grâce à des tests orthopédiques et neurologiques votre ostéopathe devrait être capable d’émettre un diagnostic sur lequel il basera son traitement. Ensuite le diagnostic ostéopathique lui permettra de rechercher les différentes causes qui ont pu précipiter l’apparition de votre irritation nerveuse. Le traitement visera à ramener de la mobilité dans les structures fixés qui peuvent avoir un rapport avec votre problèmes (en améliorant la mobilité du bassin par ex). Cela devrait ainsi vous permettre de retrouver une capacité d’adaptation et de récupérer plus rapidement de votre irritation nerveuse.

Retour vers mal de dos:

Petit rappel anatomique:

L’importance de la mobilité du bassin:

L’importance des courbes de la colonne vertébrale:

L’influence de la dysfonction somatique:

L’arthrose:

Les hernies discales:

Les irritations nerveuses (sciatalgie & cruralgie):

Exemple de différentes causes de lumbago d’un point de vue ostéopathique: