Mon approche ostéopathique (35%diagnostic, 65% traitement):

(Excusez le fait que je parle à la première personne dans cet article. Parlant des différentes approches ostéopathiques, il serait étrange de ne pas décrire l’approche ostéopathique de votre ostéopathe. Et vous comprendrez que parler de sa propre approche à la 3ème personne est quelque peu étrange, d’où l’utilisation de la première personne)

Voici quelques points que j’essaie de suivre pendant mes traitements:

  1. Nombre de chaînes lésionnelles ont une origine ou sont maintenues par des “lésions viscérales”.
  2. Les systèmes d’absorption sont très importants (pied, genou, courbe vertébrales), la mobilité du bassin est primordiale.
  3. Les rapports de pressions entre la cage thoracique et l’abdomen vont influencer grandement la posture du patient, la respiration en est l’une des clefs.
  4. A douleur asymétrique, cause asymétrique. A douleur central ou bilatéral source centrale ou bilatérale.
  5. Manipuler la colonne vertébrale après les manipulations viscérales
  6. Nombre de problèmes de cou, ne trouve pas une origine cervicale
  7. Au fil des traitements l’approche devient plus fonctionnelle (tend vers une approche plus crânienne-fasciale)

Mon approche ostéopathique est un mélange des 3 unités, du TGO et d’approche fasciale/viscérale/crânienne.

Je vais donc effectuer des tests de mobilité en position debout, assise, sur le dos et sur le ventre (10min). Le but étant d’essayer de tester un maximum de tissus. Une fois toutes les tensions analysées, Il convient d’essayer de relier anatomiquement ces structures les unes aux autres afin de créer des chaînes lésionnelles. Le traitement se déroule en partant des pieds et suit généralement cet ordre: viscéral, structurel, fascial, crânien. Le tout en visant et en insistant sur les chaînes lésionnelles identifiées.

Le premier traitement est généralement plus orienté vers l’unité (voir 3 unités) symptomatique.

L’approche structurelle, viscérale, crânienne, dépendra du diagnostic mais aussi de la morphologie et psychologie du patient. Il convient d’éviter de manipuler vertébralement quelqu’un de stressé ou d’agé, et une approche exclusivement crânienne sur un joueur de rugby n’est généralement pas  très efficace…

Le TGO ou Traitement Général Ostéopathique (95% traitement, 5% diagnostic):

Mon approche ostéopathique (35% diagnostic, 65% traitement):

Les 3 Unités (60% diagnostic, 40% traitement):

La méthode Gilette (80% diagnostic, 20% traitement):

Le Lien Mécanique (95% de diagnostic et 5% de traitement):

Retour