Les ressources ou capacité cérébrale

Une légende urbaine dit que nous utilisons que 10% de nos capacités cérébrales.

En tout cas il est évident que chacun d’entre nous à une capacité maximale de ressources cognitives face à une tâche donnée. Plus notre niveau de compétence est bas plus nous aurons besoin de ressources cognitives pour effectuer cette action. Nous allouerons alors un important pourcentage de nos capacités cognitives à cette tâche. Lorsque cette tâche sera “masterisée” elle ne requerra plus qu’un faible pourcentage de ressources cognitives il sera alors possible à cet individu d’effectuer une autre tâche simultanée.

Par exemple: Revenons à notre repassage. Si c’est votre première chemise et qu’on vous parle en même temps il est évident que votre efficacité de repassage sera plus que médiocre car déconcentré par la discussion. Par contre une personne inconsciente de ses compétences pourra aisément faire les 2 en même temps avec seulement une légère perte d’efficience. Il en est de même pour un musicien qui chante en même temps qu’il joue de son instrument.

Les priorités ou importances d’exécution du processus cérébral

Lorsqu’un processus cérébral est activé, une priorité d’exécution y est attaché. Cette priorité va avoir tendance à garantir l’ordre d’exécution du processus. Elle est parfois corrélée avec le niveau de ressources mais pas tout le temps. Pour schématiser considérons qu’une faible priorité est 1 et une forte priorité 10. À 10 le processus est entrain de s’exécuter.


Par exemple: si vous conduisez ou jouez d’un instrument ou faites une action consciente requérant un pas mal de concentration et donc de puissance de calcul intellectuel, la priorité des processus cérébraux impliqués dans cette action sera élevée 7-8-9-10. Par contre dans cette situation, le fait de devoir appeler “Lulu” ou de devoir payer vos impôts avant 1 mois aura une priorité faible 1 ou 2 par exemple.

Mais un petit processus cérébral simple (à relativiser) peut avoir une grande priorité.

Par exemple: Si vous conduisez et que devez faire un freinage d’urgence (priorité 10). Lorsque ce processus s’enclenche il devient prioritaire, toute votre concentration sera braquer sur comment gérer le freinage au mieux, et non, vous ne vous mettrez pas à chanter “staying alive” des Beegees (piorité 3. _”3 tout de même ?”_oui oui vous êtes fan).

Conflit entre processus cérébraux

Il nous arrive parfois de bugger: De partir dans une pièce et d’oublier ce que l’on allait chercher. De chercher ses clefs alors qu’elles sont dans notre main, ou simplement d’avoir des difficultés à effectuer 2 tâches en même temps. Il pourrait être possible que 2 tâches qui ont recours à des processus contradictoires/opposés puissent entrer en interaction par leur proximité neuronale et se perturber mutuellement.  Il y aurait aussi à ce moment une mauvaise association de priorité au processus à exécuter et/ou une mauvaise réorientation du résultat du processus fraîchement exécuté.

Par exemple: Vous allez dans une pièce pour aller chercher votre téléphone portable et vous oubliez que vous devez le récupérer une fois dans la pièce. On pourrait alors imaginer au moins deux, trois causes à cette situation:

  1. Vous vous dirigez vers la pièce avec l’intention d’aller chercher votre téléphone, Vous exécutez alors le processus “aller chercher le téléphone” mais vous considérez à tord que cette tâche est réalisée car vous venez de la lancer. Vous y associez le statut “tâche accomplie” alors que vous n’avez pas encore le téléphone en main. La tâche suivante se lance (par exemple “fermer à clef la maison”) avec une priorité plus importante et vous vous retrouvez dans une pièce, perplexe ne vous rappelant pas ce que vous deviez faire.
  2. Il est dit en PNL ou en hypnose que le cerveau interprète mal le négatif. Un exemple connu est : “Ne pensez pas à un éléphant rose”. Qu’est ce que vous faites ? vous pensez à un éléphant rose… Ainsi se dire “ne pas oublier le téléphone” est interprété/enregistré comme “oublier le téléphone”. Vous savez que votre téléphone est dans la chambre, vous avez donc fait une exécution de processus suivant : besoin téléphone=>téléphone dans la chambre=>(ne pas) oublier téléphone. Vous associez au téléphone l’exécution ne plus y penser. Vous arrivez dans votre chambre ayant oublié ce que vous deviez faire.
  3. Imaginons maintenant que vous êtes en voiture dans une ville que vous ne connaissez pas bien et vous cherchez votre direction, si à ce moment là votre passager vous demande de vous de décrire les rues de votre ville natale, vous êtes certain de ne pas trouver votre chemin. Le passager force une priorité importante à votre réponse qui requière l’utilisation de vos processus liés au “repérage spatial”. Leurs utilisations sont alors prioritaires à répondre à votre passager, vous ne les utilisez pas pour vous repérer dans la ville dans laquelle vous êtes aujourd’hui. L’exemple le plus connu étant de demander à quelqu’un de compter ou de calculer et vous lui soufflez des nombres au hasard.


Dans la vidéo suivante (en anglais), nous voyons Derren Brown embrouiller un chauffeur de taxi londonien. Il lui demande de l’amener au “London eye” qui est une grande roue et parallèlement il lui raconte une histoire de “petite voiture dont il cherchait la roue qu’il avait perdue, il la cherchait partout alors qu’elle était juste sous son nez…” Il suggère au taxi driver à se rappeler à des situations passées où il cherchait un objet ou une chanson dont le titre est évident mais qu’il est impossible de se rappeler. En faisant cela il le force à avoir recours à des processus cérébraux qui vont rentrer en conflit avec le processus premier : aller vers la grande roue; roue = cherche mais on ne la trouve pas, le plus on y pense et le moins on s’en rappelle. Une diversion est donnée pour laisser reposer ces ordres contradictoires “en tapant sur le plexiglas” et changer de sujet, cela augmente la confusion, on passe du coq à l’âne. Il lui redemande ensuite “Ce qu’il se passe et si ça lui arrive de manquer de trouver quelque chose qui est évident.” À nouveau il force le chauffeur à avoir recours à des processus qui lui évoque le fait de tourner en rond et de ne pas trouver ce qu’il cherche…