Chapitre 8

Analyse de la prise des temporaux

Cette prise est un grand classique de l’ostéopathie crânienne.

Le patient est sur le dos, et le thérapeute à sa tête. Ses 2 derniers doigts de chaque main se placent en arrière des oreilles du patient et les 2 et 3èmes se placent en avant de l’oreille et le pouce va se placer au niveau potero-latéral du frontal.

Il vous est fortement conseillé d’essayer les prises suivantes avec un crâne (en plastique) entre les mains afin de bien comprendre les subtilités proprioceptives décrites ci-dessous.

Analyse du mouvement des Temporaux en ostéopathie crânienne

Le mouvement décrit par les os temporaux est légèrement différent à une simple flexion/extension crânienne. Il est considéré que le mouvement décrit est une rotation externe pendant les phases de flexion et une rotation interne pendant les phases d’extension. L’axe de rotation suit la direction de la partie pétreuse.

Analyse du mouvement idéomoteur au contact des temporaux

Nous devons tout d’abord remarquer que les temporaux ne sont pas dans un plan strictement sagittal mais légèrement oblique et en dedans.

Lorsque la main sera en contact de repos sur le temporal dans la position décrite précédemment alors le contact de la main sur le crâne se fera principalement au niveau de la paume et plus précisément en regard du 3ème et 4ème métacarpe.

Lors de l’extension ou rotation interne

L’effet idéomoteur exercé par l’ostéopathe à son insu serait alors une légère pronation/adduction du poignet. Ce mouvement va permettre de coller le deuxième métacarpe contre le crâne mais va par contre décoller le 4ème méta. Ce mouvement va donner une sensation de rotation interne du temporal. L’induction d’une adduction/pronation du poignet implique une légère flexion mécanique du crâne, ce qui donne une sensation de glissement postérieur au niveau occipital ressentie notamment par le 4ème et 5ème doigt, ce qui est équivalent à une “Extension crânienne”.

Lors de la flexion ou rotation externe

Lors de la flexion ou rotation externe, l’effet idéomoteur exercé par l’ostéopathe à son insu serait alors une légère supination/abduction du poignet. Ce mouvement va permettre de décoller le deuxième métacarpe du crâne mais va par contre coller le 4ème voire le 5ème méta en arrière du temporal sur le parietal. Ce mouvement va donner une sensation de rotation externe du temporal. L’induction d’une supination/abduction du poignet implique une légère extension mécanique du crâne, ce qui donne une sensation de glissement antérieur au niveau occipital et le décollement du deuxième métacarpe donne la sensation que la main se creuse sous la contrainte d’un gonflement latéral.

Il est vrai ici que cette explication du mouvement crânien est légèrement contradictoire avec celle décrite du temporal. car lors d’une rotation interne/extension le temporal devrait faire un mouvement de rotation postérieur alors qu’ici le thérapeute devrait ressentir plus une rotation antérieure,

 

Il vous est fortement conseillé d’essayer les prises suivantes avec un crâne (en plastique) entre les mains afin de bien comprendre les subtilités proprioceptives décrites ci-dessus.

On ne peut encore une fois que s’étonner de la similarité de ces mouvements avec les mouvements des os du crâne décrits en ostéopathie crânienne. Les puristes verront peut-être des différences mais tant que cela tombe à un ∆ près…

Quelles sont les structures testées ?

En étant posées sur les temporaux, les mains sont en aplomb du muscle temporal. Si ce muscle est hypertonique de façon chronique alors il va y a voir une perte de la mobilité directe et indirecte de la peau en regard de ce muscle avec un développement de tissus fibreux.

Si il y a manque de mobilité alors un bruxisme, une dysfonction de l’ATM ou des problèmes dentaires sont à suspecter.

Des patterns en vrille peuvent faire suspecter des restrictions cervicales en flexion latérale, des hypertonicités au niveau scalènes… Bref à explorer.